À mi-chemin entre le théâtre et la danse The door opened west, de Sarah Chase, raconte avec finesse et émotion un parcours bien personnel de l’interprète Marc Boivin. Dans un voyage au fond de la mémoire, du souvenir et de la charge émotive des lieux, l’espace vide de la salle prend vie dans les éclairages de James Proudfoot et l’environnement sonore d’Antoine Bédard.

La mise en scène d’une vie, des notions d’identité, de destin et de libre arbitre, de l’influence que nous avons les uns sur les autres nous interpellent particulièrement dans cette rencontre entre l’interprète et la chorégraphe.

Quand je travaille à une œuvre, je me demande toujours en quoi le point de vue de la personne avec qui je collabore est unique? En quoi son histoire est-elle spécifique? Lorsque Marc est arrivé sur l’île de Vancouver, il a parlé de son amour d’enfance pour l’architecture et j’ai été frappée par sa façon de placer ses expériences charnières dans un ensemble spécifique de pièces, dans un agencement architectural. J’avais l’impression de voir ces espaces ainsi que la lumière dans les lieux où les moments-clé et les changements du destin s’étaient produits dans la vie de Marc. »

Sarah Chase


Solo né en 2015 sur l’île de Hornby (C-B), arrivé à terme en janvier 2020, faisant dialoguer récits, imperfection et l’architecture d’un parcours biographique.

Chorégraphie: Sarah Chase

Interprétation: Marc Boivin

Environnement sonore: Antoine Bédard

Lumières: James Proudfoot

 

La création de ce solo a été rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts du Canada et de l’Agora de la danse.

 

crédit photo : Sarah Chase